Annonces DE B. Pompili : TOURNANT HISTORIQUE OU ECRAN DE FUMEE ?

Barbara Pompili a annoncé ce matin une série de mesures concernant la faune sauvage captive et notamment :
– la fin progressive de la faune sauvage dans les cirques itinérants
– la fin de la présence d’orques et dauphins dans des delphinariums inadaptés.( existe – il des delphinariums “adaptés”??)
– la fin des élevages de visons pour leur fourrure
– le soutien aux zoos qui améliorent leurs conditions de détention.
Si ces annonces constituent indéniablement une avancée obtenue grâce à la pression constante des associations de défense des animaux, leur délai et conditions de mise en oeuvre ne sont pas à ce stade précisés.
Parmi les interrogations majeures que soulève ces dispositions, se pose celle de la destination des animaux détenus dans les cirques itinérants et les delphinariums. Puisque leur remise en liberté semble exclue d’entrée, finiront-ils par intégrer les collections des zoos à bon compte comme ceux saisis par l’administration sans autre forme de réhabilitation ?
Dans son communiqué, la Ministre affirme qu’ “Il est temps que notre fascination ancestrale pour ces êtres sauvages ne se traduise plus par des situations où l’on favorise leur captivité par rapport à leur bien-être » et annonce la nécessité d’accompagner les structures qui accueillent aujourd’hui les animaux sauvages captifs vers “un nouveau modèle”.
Engagée de façon pionnière dans cette inéluctable mutation, la Coalition REWILD ne peut que se féliciter de cette prise de conscience “et en même temps” s’étonner de l’acharnement de l’administration à l’encontre du nouveau modèle qu’elle promeut contre vents et marées, dans l’intérêt des besoins essentiels des animaux sauvages captifs.
Rewild espère que ce qui ressemble à une nouvelle donne s’accompagnera de la reconnaissance de son travail précurseur et d’un coup d’arrèt au harcèlement dont elle fait l’objet.
Il ne suffit pas de prétendre que “notre époque a changé dans son attitude à l’égard de l’animal sauvage” mais il faut l’encourager et le prouver. Nous formulons le voeu d’une véritable inflexion de la politique nationale sur ce sujet, au-delà des effets d’annonce et des arrangements traditionnels avec les acteurs de la captivité.
Nous demeurons déterminés et exigeants pour que cette issue, que REWILD incarne aujourd’hui, puisse réellement advenir.

Continuez à nous suivre,

abonnez-vous à notre Newsletter