RÉCOMPENSE DE 10 000 EUROS POUR RETROUVER L'ASSASSIN De L'OURS tué

Sea Shepherd, co-fondateur de REWILD, offre une récompense

de 10 000 Euros pour retrouver l’assassin de l’ours tué en Ariège.

Le mardi 9 juin, un jeune ours mâle (entre 4 et 5 ans) a été retrouvé mort, abattu de plusieurs balles, à Ustou en Ariège.
L’ours est une espèce protégée et son abattage est strictement illégal.

La saison de la chasse étant fermée, l’enquête semble se diriger vers un acte délibéré de braconnage ou une mauvaise rencontre avec un éleveur. Certains éleveurs continuent en effet à considérer la présence du plantigrade comme étant de trop.
La population d’ours a été exterminée par le passé. La dernière ourse de souche pyrénéenne, Canelle, a été abattue par un chasseur en 2004 alors que celle ci défendait son ourson des attaques du chien de chasse, alors qu’il se trouvait sur une zone où il risquait justement de rencontrer la femelle et son petit.
Pour son acte illégal et odieux, le chasseur n’avait été condamné qu’à une indemnisation de 10 000 euros à verser à diverses associations, pour un délit normalement passible de trois ans d’emprisonnement et jusqu’à 150.000 euros d’amende.

« Si l’État français a mis en place un programme de réintroductions d’ours arrachés à leur terre natale slovène pour repeupler les Pyrénées françaises qui n’ont pas su épargner leurs propres ours, sa responsabilité est d’autant plus grande à les protéger du braconnage, dans un contexte où subsiste une profonde haine du prédateur. La Justice quant à elle, doit condamner à des sanctions exemplaires et dissuasives tous ceux qui s’en prennent à cette espèce protégée. Des peines trop laxistes sont de véritables incitations au braconnage. » déclare Lamya Essemlali, Présidente de Sea Shepherd, et porte parole de Rewild.

Sea Shepherd, co-fondateur de Rewild offre ainsi une récompense de 10 000 euros pour motiver ceux qui auraient des informations permettant de faire avancer l’enquête. Les informations seront transmises aux autorités en charge de l’affaire et la récompense sera versée si le témoignage aboutit à l’inculpation du ou des coupable(s). Ce même système de récompense lancé par Sea Shepherd avait permis l’année dernière de retrouver un braconnier décapiteur de phoques. 10 000 euros avaient été versés au témoin et le procès du braconnier est prévu en septembre prochain. Une première en France.

En parallèle, Rewild va déposer plainte.

Il resterait aujourd’hui 52 ours dans les Pyrénées selon les autorités, dont une grande majorité en Ariège (environ une quarantaine).

Continuez à nous suivre,

abonnez-vous à notre Newsletter